Terre cuite de frère Antoine Abbaye de Tamié
 La Liturgie du jour


 

 

0402 Jour de l'an souhaits et études

0403 la paix organisations qui oeuvrent pour

0404 Guerre " Tu ne tueras point"!.

405 -epiphanie.html

0406-bapteme.html

0407-cana

0408 beatitudes

0415 Carème !

0430-rameaux.html

0431-cene.html

0432-passion.html

0440 Pâques " pessah" Datation au fil des ans.  

0445 l'ascension irrésistible de l'Exclu. Une ou plusieurs...!

0450 Pentecote Les derniers temps..!

0451-assomption.html

0452Trinité Dieu unique et trois "personnes".! Domergue Marcel, Jésuite

0460 Toussaint . Pourquoi faire un culte aux saints?

0461-morts.html

0470-christ-roi.html

0471-avent.html

0490 Noêl.

0491mail-noel

0499-attente.html  

 

 

Nous les humains disions non à la guerre en Mars 2003 en décembre 2009......

et aujourd'hui en 2013 quel changement?

En Irak, en Afganistan...guerres économiques, financières, politiques, course au Pouvoir!!

Tu ne tueras point (Exode 20 13) Choisis la vie ( Deutéronome 30 .19 )

Chrétiens, dites non à la guerre ! en 2013 ......

Proche-Orient. Des responsables chrétiens palestiniens appellent à la fin de l'occupation des territoires occupés.

Israël, et le "péché contre Dieu" Par Henrik Lindell

Quinze responsables chrétiens palestiniens (voir le site), dont l’ex-Patriarche Michel Sabbah, l’évêque luthérien Munib Younan et des théologiens de renom, ont lancé un appel le 11 décembre pour dénoncer l’occupation israélienne des terres palestiniennes. Ils demandent aux Églises chrétiennes dans le monde de soutenir cette démarche.

Le document, d’une dizaine de pages, est intitulé Kairos Palestine, ce que l’on pourrait traduire par « le moment que Dieu a choisi d’agir pour la Palestine » (1). Il fait référence à un texte similaire produit en 1985 par les Églises d’Afrique du Sud qui résistaient à l’apartheid. Il avait grandement permis de mobiliser l’opinion publique dans le pays et à l’étranger.

Justice.

Le « document de foi et de travail » des chrétiens palestiniens a de quoi mobiliser les masses. Aux accents clairement prophétiques, se référant notamment à Jérémie, ils présentent leurs intentions ainsi : « En ce moment historique, nous chrétiens palestiniens, nous déclarons que l’occupation militaire de notre terre est un péché contre Dieu et contre l’humanité, et que toute théologie qui légitime l’occupation est éloignée des enseignements chrétiens. La vraie théologie chrétienne est une théologie d’amour et de solidarité avec l’opprimé, un appel à la justice et à l’égalité entre les peuples. » D’où cette conclusion : « Notre option chrétienne face à l’occupation israélienne est la résistance ; c’est là un droit et un devoir des chrétiens. Or cette résistance doit suivre la logique de l’amour. Elle doit donc être créative, c’est-à-dire qu’il lui faut trouver les moyens humains qui parlent à l’humanité de l’ennemi lui-même. » Pour quel but voulu ? « Récupérer la terre, la liberté, la dignité et l’indépendance ».

Ces chrétiens réussiront-ils à susciter un mouvement d’indignation d’ampleur ? Pas évident. À ce jour (15 décembre), il a été signé par quelques centaines de chrétiens palestiniens. Les injustices en Palestine peuvent ne pas être aussi manifestes que l’était l’apartheid, aux yeux des Églises. Si les signataires regroupent des orthodoxes, des catholiques, des luthériens et des anglicans qui occupent des postes de responsabilité très importants, il manque plusieurs noms de poids parmi les signataires, dont l’actuel Patriarche catholique de Jérusalem, Mgr Fouad Twal. Il n’y a pas de chrétiens évangéliques parmi les signataires, sans doute parce qu’ils font une lecture différente de la Bible. L’appel n’a pas non plus été «repris» d’une façon claire par l’institution la plus influente à l’étranger : le Vatican. En revanche, le Conseil œcuménique des Églises (349 Églises) a grandement participé à la publication du texte, notamment sur son site, mais il n’appelle pas à le soutenir. On le trouve également sur le site de la Fédération protestante de France. L’Église catholique française, elle, ne s’exprime pas sur le sujet.

1. Le mot grec kairos signifie « moment de grâce que Dieu donne pour agir ».


 Déclaration d'associations chrétiennes humanitaires et de défense des Droits de l'homme en 2003

Alors que les États-Unis et la Grande-Bretagne poursuivent leurs préparatifs en vue d'une guerre contre l'Irak, l'opinion publique, en Europe, semble majoritairement opposée à une telle intervention.

En France, des associations chrétiennes humanitaires ou de défense des Droits de l'homme ont cossigné, le 15 janvier, un appel à dire non à la guerre. Nous en publions le texte (*) :

Une action militaire contre l'Irak est partout présentée comme inévitable. Il faut s'y opposer. Il en est encore temps. Notre foi chrétienne nous appelle à un engagement renouvelé en faveur de la paix. Nous refusons toute violence exercée en dehors des cas délimités très précisément par l'éthique et par le droit international : il est immoral et illégal de recourir aux armes tant qu'elles ne constituent pas un « ultime recours » pour contrer une menace grave et actuelle contre la paix.

La notion de « guerre préventive », notamment, est inacceptable. Comme le rappellent les évêques de France : « pour régler les différends entre nations, la guerre ne saurait être considérée comme un moyen parmi d'autres, que l'on pourrait choisir en fonction de considérations d'intérêt ou d'opportunité » (1).

Avec la Fédération protestante de France et de nombreuses Églises des États-Unis, nous rappelons qu'actions militaires et sanctions économiques contre l'Irak n'ont fait que renforcer le régime tyrannique de Saddam Hussein.

La guerre qui s'annonce aujourd'hui aurait des conséquences dramatiques

Elle ferait des milliers de morts. Le peuple irakien en serait la première victime. Notamment les femmes et les enfants.

Le fossé de méfiance et parfois de haine, entre les pays occidentaux et les peuples de cette région, se creuserait. Une action militaire contre l'Irak donnerait raison aux extrémistes qui perçoivent notre monde comme dominé par l'opposition entre « civilisations », voire - cruelle souffrance pour les croyants que nous sommes - entre religions !

Le sentiment que les résolutions de l'ONU sont appliquées selon « deux poids, deux mesures » dans la région en serait encore renforcé. Les discours que nous tenons sur la démocratie et les droits humains comme valeurs universelles en seraient frappés de discrédit.

Citoyens français, nous pouvons encore influer sur les décisions à venir. La France dispose d'un droit de veto au Conseil de Sécurité.

Faisons connaître massivement au Président de la République notre volonté de voir notre pays s'opposer à cette « aventure sans retour » que serait la guerre. Nous pouvons aussi faire connaître notre opposition à notre député, puisqu'un débat au Parlement est prévu avant tout engagement des forces françaises.

Aux croyants de toutes confessions, nous proposons de prendre des initiatives interreligieuses pour manifester leur désir de paix. Quand menacent la résignation et le découragement, que Jésus, le « Prince de la paix », maintienne en nous l'Espérance, lui dont nous venons de célébrer la présence au coeur de notre histoire. Qu'il nous donne le courage d'être les artisans de sa paix au milieu des violences de ce monde. Paris, le 15 janvier 2003

ACAT http://www.acatfrance.fr/, (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) CCFD, (Comité catholique contre la faim et pour le développement) http://www.ccfd.asso.fr/

Cimade http://www.cimade.org/, Communauté Mission de France http://catholique-mission-de-france.cef.fr/ , Congrégation du Saint-Esprit http://www.spiritains.org/, Justice et Paix-France http://justice-paix.cef.fr/, MIR, (Mouvement international pour la réconciliation) http://www.mirfrance.org/

Pax Christi, http://paxchristi.cef.fr/ Secours catholique http://www.secours-catholique.org/, Société religieuse des Amishttp://www.maison-quaker-congenies. VEA, (Vivre ensemble l'Évangile aujourd'hui) http://www.vea.asso.fr/

Le discret rapport des Nations Unies fait froid dans le dos. Selon la « task force » qui l'a réalisé, quelque 500 000 personnes pourraient avoir besoin d'une « assistance médicale » durant un conflit en Irak. L'OMS estime, dans ce texte, que 100 000 civils pourraient être blessés et 400 000 personnes pourraient tomber malades suite aux bombardements. « L'état nutritionnel de plus de 3 millions de personnes nécessiterait une intervention thérapeutique », affirme encore l'UNICEF. Les bombes, elles, devraient tuer « directement » au moins 5000 personnes et 20 000 « indirectement », estime-t-on généralement, en se basant sur les conséquences du précédent raid étasunien en Afghanistan. Destruction des ressources, des infrastructures, des millions de personnes sans eau ni électricité, plus de 3 millions de réfugiés, internes et externes, 3,6 millions de sans-abri, telles sont les autres prévisions contenues dans le rapport onusien.

Le texte de l'ONG Medact n'est pas plus rassurant. Il estime qu'une attaque militaire contre Bagdad ferait entre 2000 et 50 000 morts dans la seule capitale. Chiffre qui varie selon les armes utilisées et la résistance du régime irakien. Pour une intervention militaire de trois mois, additionnée d'un début de guerre civile, l'ONG parle de 68 000 à 280 000 morts, dont une immense majorité de civils. Elle insiste également sur les conséquences économiques des destructions guerrières.


Les 57 propositions pour l'Afrique le 23 octobre2009

Document du Synode des évêques (*)

À l'issue de leurs travaux, qui se sont achevés samedi 24 octobre, les Pères de la deuxième Assemblée spéciale du Synode des évêques pour l'Afrique ont remis à Benoît XVI une liste finale de 57 propositions.

INTRODUCTION Proposition 1

Documentation présentée au Souverain pontife

Les Pères du Synode soumettent à la considération du Souverain pontife la documentation relative au Synode sur « L'Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix. “Vous êtes le sel de la terre… vous êtes la lumière du monde” (Mt 5, 13.14) », c'est-à-dire les Lineamenta, l'Instrumentum laboris, les Rapports ante et post disceptationem, les textes des interventions, présentés tant en salle que in scriptis, et les comptes rendus des délibérations en carrefours. En outre, les Pères font des propositions concrètes qu'ils considèrent d'une importance capitale.

Les Pères demandent humblement au Saint-Père de juger de la pertinence de publier un document sur l'Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix.

Proposition 23

Le commerce des armes

En raison de la prépondérance des armes et des mines sur le continent et les îles, l'Église en Afrique, rassemblée en Synode, s'associe au Saint-Siège et accueille avec joie les initiatives de l'ONU, de l'Union africaine et des Organisations inter-gouvernementales régionales comme ECOWAS (Economic Community of West African States - Communauté économique des États de l'ouest de l'Afrique), Embargo sur les armes légères, pour faire cesser le trafic illégal des armes et rendre plus transparent son commerce légal. Le Synode recommande que le Conseil pontifical « Justice et Paix » mette à jour son document sur le commerce des armes.

Les Pères synodaux encouragent les gouvernements nationaux à soutenir l'étude continue et la préparation d'un Traité sur le commerce des armes (ATT - Arms Trade Treaty) dans le cadre de l'ONU, avec des standards universels contraignants pour le commerce global des armes conventionnelles, qui respectent les droits humains et les lois internationales humanitaires.

Les Pères synodaux qui ont fait leur l'appel du prophète Isaïe à forger, par amour de Dieu et du prochain, nos épées pour en faire des socs et nos lances pour en faire des serpes, proposent que le projet et la production de tous les types d'armes soient considérablement réduits au profit de l'éducation et d'un développement agricole qui respecte l'environnement.

En outre, les Pères synodaux condamnent de la manière la plus absolue la production d'armes nucléaires, biologiques, et anti-personnelles et toute sorte d'armes de destruction massive. Ils demandent que celles-ci soient bannies de la surface de la terre.

Les Conférences épiscopales des pays producteurs d'armes sont encouragés à plaider auprès de leurs gouvernements pour qu'ils promulguent une législation restrictive sur la production et la distribution des armes qui se font au détriment des peuples des nations africaines.


Je me permet de faire référence à un livre de Marek Halter: " La force du bien" Robert Laffont 1995 page 58

"Il me vient à l'esprit quelques phrases d'une lettre que Konrad Adenauer, le premier chancelier de la République fédérale d'Allemagne, a envoyée au début de l'année 1946 à Bernard Custodis, pasteur à Bonn déposé par les nazis.

« Je crois que, si les évêques avaient pris officiellement position contre le nazisme, tous ensemble, le même jour, du haut de leurs chaires, ils auraient pu éviter bien des choses. Ils ne l'ont pas fait et ils n'ont pas d'excuses. Si cela avait conduit les évêques en prison, ou dans les camps de concentration, nous n'aurions pas à le regretter, au contraire. Tout cela ne s'est pas fait, aussi vaut-il mieux garder le silence. » Konrad Adenauer

Aujourd'hui , il est possible de dire NON. ARRETEZ.

CLERCS CHRETIENS Du courage aujourd'hui pour écouter et suivre Le Maître, Jésus Christ

Hélas ....Compromissions....!

. Le Christ Jésus ne nous a-t-il pas invité, nous les chrétiens, à mettre notre épée au fourreau, à aimer nos ennemis?! A être ses portes voix...!!

0403-paix.html  voir des textes de Georges Siguier: 4330-nonviolentmili.htm et

4325-nonviolent.htm 4340-compromissions.htm

Edmond Savajol 01-12-2009

 

index.html

Autres sites:

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde