terre cuite de frère Antoine abbaye de Tamié
 La Liturgie du jour

 

 
 

0401 Bonne Annee Un monde cruel

0402 Jour de l'an souhaits et études

0403 la paix organisations qui oeuvrent pour

0404 Guerre " Tu ne tueras point"!.

405 -epiphanie.html

0406-bapteme.html

0407-cana

0408 beatitudes

0415 Carème !

0430-rameaux.html

0431-cene.html

0432-passion.html

0440 Pâques " pessah" Datation au fil des ans.  

0445 l'ascension irrésistible de l'Exclu. Une ou plusieurs...!

0450 Pentecote Les derniers temps..!

0451-assomption.html

0452Trinité Dieu unique et trois "personnes".! Domergue Marcel, Jésuite

0460 Toussaint . Pourquoi faire un culte aux saints?

0461-morts.html

0470-christ-roi.html

0471-avent.html

0490 Noêl.

0491mail-noel

0492 la faim une autre forme de terrorisme. Michael Concessao 

0499-attente.

Myriam, Marie de Nazareth


Je suis Marie de Nazareth

La fille d'Anne et Joachin

Vous savez, ce fut mon destin.

D'amie et femme de Joseph,


Tous deux avons du travailler

A la maison pour nous nourrir

Et nous loger. et nous vêtir

Interdit de nous arrêter


Je remercie le Dieu vivant,

De m'avoir donné d'accueillir,

Le Verbe incarné, l'Agissant

Dans son humanité , fleurir.


Pour accoucher, "Aux sans abris",

nous avons cherché un logis.

Et c'est dans une vraie cohue

Que j'ai accouché de Jésus.


Nous avons du fuir au désert

Pour nous préserver du danger,

Et nous faire un peu oublier

Les folies de notre univers.


Dans l'adversité, Joseph danse,

Et dans le malheur, Joseph chante

Il m'entraîne dans ses chansons

et nous vivons l'exultation.


Nous avons vécu le bonheur

Malgré les chagrins, les tourments

Imposés par les événements.

Tous deux louangeons le Seigneur.


Je veux aujourd'hui vous prier

D'entendre en toute honnêteté

De ne plus sur nous fantasmer,

Et d'accueillir la vérité


Je ne fus jamais une dame

Pourquoi ce nom de Notre Dame.

Appelez moi simplement Marie

Ce fut mon nom à Samarie


Quand je regarde les statues,

Dessins et images de moi

Cela me met tout en émoi

Et franchement cela me tue.


De ressembler à vos bourgeoises

A vos maîtresses, à vos idoles

Je ne suis qu'une villageoise,

J'aime danser la farandole.


Je suis une palestinienne

Je suis juive et non chrétienne.

Ma pensée vous la transformez,

Je vous sommes ce jour : arrêtez


Je ne fus jamais les mains jointes.

J'ai toujours travaillé de mes mains,

Je puis vous le dire sans feintes

Ce fut très bon pour tous les miens.


Jésus est devenu de ma vie le Seigneur.

Non pas sur les autels mais au fond de mon coeur.

Je lui ai donné mon sang, paisiblement ma vie.

Et au fil des matins, j'ai découvert sa Vie


J'ai enfin accueilli ce qu'il était vraiment,

Le fils de l'Éternel, mon Seigneur et mon Dieu

Souhaite qu'a votre tour le suiviez hardiment

Cessez de m'appeler mère de Notre Dieu.

Sh'ma Israël Adonaï elohenou, Adonaï ehad: ( Ecoute Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est un.)

Yassis alaikh Elohaikh kimsos khatan al kala : ( Il se réjouira en toi ton Dieu comme se réjouit l'époux de la fiancée )

Voir étude sur http://religions.free.fr/3110_interpellations/3110_interpellations/3124_marie.html

Edmond Savajol 10-01-2008


Un texte de Georges Siguier ,http://civisme.politique.free.fr/10-le.salut.vient.des.juifs/10600-sion-mere.
Chaque année, le 15 aoùt, Marie figurant l'Église, " bénéficie" si je peux dire, de la même usurpation qui substitue à Sion-Jerusalem " l'Église " chrétienne, afin de rendre un culte à une Marie " déjudaïsée " .Jugez-en plutôt vous-même:
Le 15 aoùt est la fête de l'Assomption au ciel de Marie, élevée dans la gloire" avec son âme et son corps" pour y précéder " l'Église " Les quatre textes bibliques choisis pour ce jour-là sont sélectionnés pour accréditer ce dogme et cette croyance.Ce sont des prétextes, et la prière eucharistique de cette célébration ne permet pas de l'ignorer:
Or le premier passage ( Apocalypse de Jean 11.19 et 12. 10 ) ne permet en aucune façon de dire que la " femme ayant le soleil pour manteau " est " l'Église ", et encore moins Marie: c'est, au contraire la figure de Sion, de Jérusalem
Ensuite le Psaume 45, de son coté, parle de l'épouse du roi d'Israël ( Salomon ? ), partageant sa gloire et invitée à oublier son peuple ( car elle n'est pas israélite ).Il y a de l'antisémitisme dans le choix pour le moins regrettable de ce psaume 45 !
Le troisième texte est tiré de la première lettre de Paul aux Corinthiens ( 15.20-27 a ). Il dit que " le Christ est ressuscité d'entre les morts le premier ressuscité ", c'est à dire corporellement ressuscité.Le premier et le seul ( jusqu'à la Parousie, dit le même chapitre au verset 23 ).Il est donc exclu qu'un second être humain ( Marie ) soit monté au ciel " avec son corps ", comme Jésus !!
Enfin le quatrième passage ( Évangile de Luc 1. 39-56 ) est la visite de Marie enceinte à sa parente Élisabeth et la grande louange de la mère de Jésus à l'adresse de Dieu et d'Israël: " Il relève Israël, son serviteur...".Marie est juive, son enfant est juif, et c'est le Dieu des juifs qui, par le don du Messie juif, " relève" et sauve Israël. Ici cette jeune juive n'est pas un symbole, une figure emblématique: elle est simplement elle même, toute jeune servante du Seigneur d'Israël, avec sa prophétie "anarchiste " qui célèbre d'avance l'élimination des "Autorités, Dominations, Puissances, Gloires, et Éminences ". Béni soit le Dieu de Marie !
Mais honte à notre théologie de la substitution qui confisque et élimine Israël pour mettre à sa place " l'Église des pagano-chrétiens " ; qui remplace sans arrêt Sion par " l'Église ", Jérusalem humiliée par " l'Église " glorifiée et adulée, , les Juifs par les Chrétiens,  affirmant même ses droits de propriété sur les " lieux saints" comme le font, de leur coté , et les musulmans et les Israéliens sionistes.
C'est la triste Histoire de la " chrétienté " qui continue aujourd'hui, entretenue par une catéchèse permanente où la vérité est sans cesse pervertie par nos Traditions qui l'annulent.
Nous sommes tellement habitués à utiliser les mots " Église " ou " peuple chrétien " sans avoir conscience des quiproquo qu'ils véhiculent et sans nous rendre compte qu'ils substituent en fait une réalité ( le peuple des pagano-chrétiens ) à une autre réalité ( le peuple d'Israël, les Juifs du Messie ) ! Même l'excellent commentaire de pierre Prigent ( " L'Apocalypse de st Jean " ( labor et fides ) pages 220-221 ) emploie des expressions regrettables lorsqu'il parle du " peuple chrétien héritier d'Israël " ou lorsqu'il dit que " le vrai peuple de Dieu est l'Église" !
Préférons plutôt ce qu'écrivait Jacques Ellul: à propos de la Jérusalem nouvelle, cette nouvelle Création qui vient ( Apocalypse 21 et 22 )
" Les 12 portes qui portent le nom des 12 tribus d'Israël ne désignent sûrement pas l'Église.Nous sommes une fois de plus en présence de cette manie des chrétiens de tout ramener à l'Église.Il n'y a plus d'Église puisque Dieu est tout et en tous.
C'est une ville et, dans cette ville il n'y a plus de Temple, plus de sacerdoce, ni de culte ni de religion, ni de sacrifices, ni de distinction entre le profane et le sacré...Il y a seulement et exclusivement l'Amour.Dieu est immédiat à l'homme....La finitude marque toujours cet homme mais il est constamment vivifié, constamment guéri, pour l'éternité."
Jaques Ellul "l'Apocalypse, architecture en mouvement "(Desclée ) pages 239 à 244 )


" O Jérusalem si jamais je t'oublie,

et bien que ma main droite se paralyse !

Si je cesse de penser à toi, si je ne fais pas de toi ma suprême joie,

Eh bien, que ma langue se colle à mon palais !" (Psaume 137. 5 et 6)

. . . C'EST LA JÉRUSALEM D'EN HAUT QUI EST MA MÈRE.

" Pousse des cris de joie, Sion la belle !

Réjouis-toi, exulte de tout ton cœur, Jérusalem la belle !

Le roi d'Israël, le Seigneur, est au milieu de toi.Il est un héros sauveur.

Il fera de toi sa plus grande joie.Dans son amour il te renouvelle.

Il danse et crie de joie à cause de toi". (Sophonie 3.14- 20 )

"Jeunes et vieux se réjouiront ensemble, les jeunes filles danseront de joie. La,la, la la
Et je changerai leur deuil en allégresse. Et je les consolerai. Je leur donnerai la joie au lieu du "( Chant d'Israël d'après Jérémie 31.13 )
Ni antisémitisme ni philosémitisme.
Après l'effort qui vient d'être fait pour faire voir l'antisémitisme chrétien dans cette théologie de la substitution qui continue d'infecter les doctrines et les piétés des " Églises", faisons maintenant l'effort inverse: Dépister et blâmer le " philosémitisme " c'est à dire l'inverse de l'antisémitisme, l'amour très humain et passionnel pour l'Israël actuel, pour les juifs d'aujourd'hui, pour leur État et pour leur politique.Ce philosémitisme va souvent de pair avec l'idéologie sioniste: on éprouve sentimentalement une admiration sans borne pour les Juifs , qu'on pare de toutes les vertus; on trouve normal qu'ils veuillent avoir un État et une armée comme toutes les nations; on est prêt à excuser toutes les " bavures" et tous les assassinats par lesquels les Israéliens appliquent la loi du talion; et on rêve même de devenir citoyen de l'État hébreu !
J'avoue que, au lendemain de la Shoah et devant ce qu'on appelait les " miracles " du jeune état juif, j'ai moi aussi cédé un peu trop facilement à cette déviation !
Et maintenant, grâce au juif Saul de Tarse ( l'apôtre Paul ) je sais mieux en quel sens je peux dire que " Sion est ma mère ".
Ne confondons pas la Jérusalem d'en bas
( ou l'Israël actuel ) avec la Jérusalem d'en Haut", la Cité céleste de l'avenir qui vient , sans tarder, s'installer sur cette terre par le Dévoilement du Messie Jésus. L'une est faite de mains d'homme, l'autre est faite de la main de Dieu. L'une est esclave, l'autre est libre. L'une, celle des hommes rend esclaves ses enfants, l'autre, celle " dont Dieu est l'architecte et le bâtisseur " affranchit ses enfants : C'est celle-ci qui est notre Mère.

0400_liturgie.html 


 

index.html
 

Autres sites:

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde