Eglise néo-apostolique internationale
http://www.nak.org/fr/qui-sommes-nous/structures-et-ministres/

 

Membres: 11.239.935

Ministères: 259.515

Communautés: 66.388

Histoire de notre Église

A partir du XVIIIe siècle, certains théologiens et croyants ont compris progressivement que ce qui, en comparaison de l’ère chrétienne primitive, manquait aux Eglises chrétiennes, c’était le don et l’action vivante du Saint-Esprit. Vers 1830, divers mouvements de réveil sont apparus en Angleterre et en Ecosse, qui, confortés par des prophéties et des guérisons miraculeuses, se sont mis à implorer une nouvelle effusion des dons du Saint-Esprit.

Il s'agit (de gauche à droite) de: Henry Drummond, John Tudor, Henry King Church, Henry Dalton, Francis Sitwell, William Dow, Thomas Carlyle, Francis Woodhouse (en arrière), John Cardale (en avant), Spencer Perceval et Nicolas Armstrong. Manque: Duncan Mackenzie. De ces cercles d’études bibliques et de prières, a émergé, au fil des ans, un mouvement « apostolique », qui, par la suite, a pris la dénomination d’Église catholique-apostolique. Cette communauté s’est distinguée dès 1832 par le fait qu’elle était dirigée par des apôtres appelés à leur ministère par des prophètes et que l’action de l’Esprit-Saint occupait la place centrale dans la vie ecclésiale. L’Église catholique-apostolique a tenté de rassembler l’ensemble de la chrétienté sous la direction spirituelle de ses apôtres nouvellement appelés. A cette fin, ceux-ci ont adressé, en 1837, un « Manifeste » aux chefs spirituels et temporels de leur époque. Leurs efforts sont cependant restés sans écho. Parallèlement à ses entreprises œcuméniques, l’Église catholique-apostolique s’est donc vue contrainte de se doter d’une structure ecclésiale propre, comprenant une hiérarchie ministérielle et une liturgie spécifiques.

En 1863, des divergences de vue, portant sur l’interprétation de certains passages de l’Ecriture Sainte ainsi que sur la vocation de nouveaux apôtres, ont entraîné le schisme de Hambourg qui a donné naissance à la « Mission chrétienne apostolique universelle » (Allgemeine christlich apostolische Mission), à partir de laquelle s’est développée l’Église néo-apostolique.

Institution du ministère d’apôtre-patriarche

Le ministère d’apôtre-patriarche a été institué à la Pentecôte 1897, l’apôtre-patriarche étant dès lors le chef spirituel unique de toutes les communautés. Les apôtres-patriarches suivants se sont succédé à la tête de l’Eglise néo-apostolique :

Friedrich Krebs (1897 - 1905)

Hermann Niehaus (1905 - 1930)

Johann Gottfried Bischoff (1930 - 1960)

Walter Schmidt (1960 - 1975)

Ernst Streckeisen (1975 - 1978)

Hans Urwyler (1978 - 1988)

Richard Fehr (1988 - 2005)

Wilhelm Leber (depuis 2005)

En 1917, l’apôtre-patriarche Hermann Niehaus a procédé à une réforme de la liturgie de la sainte cène : Si, jusqu’à cette date, la sainte cène avait été célébrée sous les deux espèces, le pain et le vin, celles-ci ont été remplacées par des hosties aspergées, au cours de leur fabrication, de trois gouttes de vin.

A l’occasion de la fête de Noël de l’année 1951, l’apôtre-patriarche Johann Gottfried Bischoff a annoncé que Christ reviendrait de son vivant. Au sein de l’Eglise, cette annonce a été désignée par le terme de « message ». L’apôtre-patriarche fondait son message sur une révélation reçue directement et personnellement, lui conférant ainsi une autorité particulière et un caractère obligatoire.

Une croissance à l’échelle mondiale

L’apôtre-patriarche Walter Schmidt a favorisé la croissance de l’Eglise à l’échelle mondiale. Si, pendant une longue période, l’Eglise néo-apostolique a mené une existence plutôt discrète, s’abritant dans une espèce de niche sociale, les apôtres-patriarches Ernst Streckeisen, Hans Urwyler et Richard Fehr, de nationalité suisse, lui ont ensuite imprimé une politique d’ouverture, visant à l’intégrer véritablement dans la société et à lui faire jouer un rôle actif dans la vie publique.

Le développement très rapide de l’Eglise sur le plan mondial et l’intégration, dans un même et unique édifice doctrinal, d’un grand nombre de cultures et de traditions diverses sont des défis majeurs que l’Eglise doit relever en ce début du IIIe millénaire. L’élément central de l’enseignement néo-apostolique est et reste l’attente du retour de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

 

Profil de l’Eglise néo-apostolique

La direction de l’Eglise a estimé important de formuler la perception que l’Eglise a d’elle-même. Cette démarche doit permettre aux membres de l’Eglise, lors de contacts avec des représentants d’autres confessions, de préciser de manière simple et concise quelles sont les principales caractéristiques de l’Eglise et de la foi néo-apostolique. Cette formulation servira de base au niveau mondial pour une uniformisation des déclarations publiques.

Le chemin du salut tracé par Jésus-Christ en notre temps

L’Eglise néo-apostolique est dirigée par Jésus-Christ, par l’intermédiaire d’apôtres vivants. Leur doctrine se fonde sur la Bible.

L’apostolat est le ministère auquel Jésus-Christ a donné le pouvoir de communiquer le salut.

Les apôtres sont indispensables pour la préparation de l’Eglise en vue du retour promis de Christ.

Au sein de l’Eglise néo-apostolique, il existe trois sacrements : le saint baptême d’eau, le saint-scellé et la sainte cène.

La dispensation des sacrements du saint-scellé et de la sainte cène ainsi que le pardon des péchés sont l’apanage de l’apostolat.

Par le saint-scellé, les chrétiens néo-apostoliques ont reçu le don du saint-Esprit.

Jésus-Christ, dont la Bible rend témoignage, est le pivot central de la vie de foi des chrétiens néo-apostoliques. Il est actuellement à l’œuvre dans son Eglise et s’apprête à revenir. Le but de la foi que les chrétiens néo-apostoliques s’efforcent d’atteindre, c’est l’union avec Christ lors de son retour.

Structures et fonctions ministérielles

L’apôtre-patriarche Wilhelm LeberL'Eglise Néo-Apostolique est présidée depuis Pentecôte 2005 par Wilhelm Leber. Il conduit l'Eglise comme apôtre-patriarche depuis le siège principal situé à Zurich (Suisse). Wilhelm Leber est de nationalité allemande et il est le huitième apôtre-patriarche depuis la fondation de l'Eglise. Sa position est comparable à celle qu'occupait Pierre dans le cercle des apôtres il y a 2000 ans.

Les apôtres de district dirigent les Eglises régionales

Les apôtres de district sont les collaborateurs les plus étroitement liés à l'apôtre-patriarche. Ils dirigent les Eglises régionales. A leurs côtés travaillent d'autres apôtres. Avec l'apôtre-patriarche, ils veillent à l'unité de l'enseignement de la foi et de la cure d'âmes sur le plan mondial.

Des conférences internationales favorisent l'unité

L'apôtre-patriarche rencontre régulièrement les apôtres de district pour coordonner les activités de l'Eglise sur le plan international. Une assemblée plénière internationale des apôtres a lieu tous les trois ans.

D'autres ministres du culte soutiennent les apôtres

Des évêques, anciens et évangélistes de district assistent les apôtres dans l'accomplissement de leurs tâches au niveau régional. Le centre de la vie de l'Eglise se trouve dans les différentes paroisses. Pour les diriger, les apôtres mandatent des bergers, évangélistes ou prêtres. Les responsables de paroisses sont soutenus dans leur tâche par d'autres prêtres et diacres.

Mondialement, l'Eglise rassemble près de dix millions de membres

L'Eglise Néo-Apostolique est représentée dans presque tous les pays du monde. Elle compte près de dix millions de membres de par le monde, dans tous les groupes d'âge et de toutes conditions sociales.

La foi néo-apostolique dans la vie de tous les jours

Le comportement des chrétiens néo-apostoliques avec leur entourage est imprégné du désir de conduire leur vie dans l'esprit de l'évangile. Cela signifie pour eux d'aller à la rencontre de tout être humain dans le respect de ses convictions religieuses.

Définition et rôle de l’Eglise

L’Eglise néo-apostolique se définit comme étant l’Eglise de Jésus-Christ à l’instar des communautés apostoliques du temps des premiers apôtres. La Bible et la parole opportunément suscitée par l’Esprit constituent, ensemble, le fondement religieux de son enseignement qui vise à proclamer le plan de rédemption divin et à préparer les âmes parvenues à la foi en vue du retour promis de Jésus-Christ.

L’Eglise néo-apostolique a pour objet et pour but de faire connaître à tous les hommes la parole et les commandements de Dieu, de leur administrer les sacrements du "saint baptême d’eau", du "saint-scellé" et de la "sainte cène", et de leur dispenser des bénédictions. Elle prend soin de ses membres et favorise la piété néo-apostolique conformément à sa confession de foi. L’Eglise réalise son objet et son but sous la forme de services divins réguliers, d’un suivi pastoral consciencieux et d’une assistance marquée du sceau de la charité.

L’apôtre-patriarche

L’apôtre-patriarche Wilhelm LeberL'Eglise Néo-Apostolique est présidée depuis Pentecôte 2005 par Wilhelm Leber. Il conduit l'Eglise comme apôtre-patriarche depuis le siège principal situé à Zurich (Suisse). Wilhelm Leber est de nationalité allemande et il est le huitième apôtre-patriarche depuis la fondation de l'Eglise. Sa position est comparable à celle qu'occupait Pierre dans le cercle des apôtres il y a 2000 ans.

Autorité ecclésiastique suprême

Autorité ecclésiastique suprême de toutes les Eglises territoriales néo-apostoliques, l’apôtre-patriarche est à la tête de l’Eglise tout entière et statue sur toutes les affaires religieuses. Il lui incombe principalement de proclamer l’enseignement de Jésus avec constance et conscience, et d’en préserver la pureté. Il nomme et ordonne les apôtres de district, apôtres et évêques, les admet à la retraite ou les révoque. Il détermine les limites des Eglises territoriales et leur attribue les champs d’activité dont elles ont à assurer la desserte pastorale et missionnaire. Il établit le budget annuel de l’ENAI, décide des dépenses qu’elle engage et administre ses biens; il fixe, après délibération avec les apôtres de district, le montant des contributions financières à verser par eux à l’ENAI; il édicte des règlements et des directives pour les questions relatives à l’Eglise tout entière. Les dispositions prises par l’apôtre-patriarche sont à appliquer obligatoirement par toutes les Eglises territoriales et leurs organes, sous réserve de l’existence de dispositions légales contraires.

L’apôtre-patriarche peut déposer

L’apôtre-patriarche est nommé par son prédécesseur. La démarche est la même au cas où le prédécesseur tombe malade ou est victime d’un accident, mais garde sa capacité d’action Si l’apôtre-patriarche tombe subitement malade ou est victime d’un accident qui le prive de sa capacité d’action, il peut désigner son successeur par écrit et mettre le document ad hoc en dépôt. En l’absence d’une telle nomination, son successeur est élu à bulletins secrets, dans le cercle des apôtres de district, de leurs adjoints et des apôtres, par l’assemblée des apôtres de district ou l’assemblée des apôtres. Il entre en fonction au moment de son ordination par l’apôtre-patriarche accédant à la retraite ou par le doyen, en termes d’ancienneté dans le ministère, des apôtres de district en exercice. Ce changement de titulaire du ministère est porté sans délai à la connaissance des fidèles de toutes les communautés néo-apostoliques de par le monde.

L’apôtre-patriarche en exercice est autorisé à prendre sa retraite dès l’âge de 65 ans révolus; il peut néanmoins rester en exercice au plus tard jusqu’à l’âge de 70 ans.

L’apôtre-patriarche peut déposer, dans le coffre-fort de l’ENAI, tout document ad hoc précisant la nomination de son successeur et la marche à suivre en cas d’incapacité momentanée ou définitive à exercer son ministère. Au cas où deux médecins confirment, indépendamment l’un de l’autre, une telle incapacité momentanée, les trois apôtres de district ayant la plus grande ancienneté dans l’exercice de leur ministère ouvriront l’acte déposé par l’apôtre-patriarche; si l’apôtre-patriarche vient à mourir ou s’il est définitivement empêché d’exercer son ministère, l’assemblée des apôtres de district sera convoquée dans un délai de sept jours; elle prendra connaissance des dispositions léguées par l’apôtre-patriarche et les mettra en œuvre sans délai.


1010_chretiens..html

  
index.html

Autres sites:

biblethora
civisme.politique
Coran Islams
La fin du monde